La prévention santé à l’école : état des lieux

.

La prévention santé à l’école : état des lieux.

.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la santé comme n’étant pas simplement l’absence de maladie ou d’infirmité mais comme étant « un état de bien-être complet, physique, mental et social ». Cette définition explique pourquoi depuis un certain nombre d’années, les différentes études et données statistiques sur l’état de santé des population concluent par des recommandations qui plaident en faveur de la prévention et de l’éducation à la santé. De la même manière que l’on apprend à lire, à écrire et à compter à l’école, on doit aussi apprendre à préserver sa santé et à prévenir les comportements à risque.

.

Ce que disent les textes

 

Différentes circulaires et textes officiels de l’éducation nationale, comme la circulaire n°46 sur les politiques éducatives de santé ou bien encore les articles du Code de l’éducation qui rendent obligatoire, depuis 2006, la tenue d’un Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté (CESC) dans chaque établissement témoignent de la double mission de l’école à l’égard de la santé des élèves : un suivi de la santé des élèves tout au long de la scolarité mais aussi leur éducation à la santé, aux comportements responsables et à la citoyenneté.

.

Le CESC, qu’est-ce que c’est ?

 

Composé de personnels enseignants, des personnels sociaux et de santé de l’établissement mais aussi de parents d’élèves, de représentants d’élèves et présidé par le chef d’établissement, le CESC est le Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté. Il est obligatoire dans tous les établissements du 2nd degré. Il se réunit pour observer, proposer et concevoir des projets éducatifs en lien avec la santé et la citoyenneté. Selon l’article R421-47 du Code de l’Éducation, il a pour mission de contribuer à l’éducation à la citoyenneté, de préparer le plan de prévention de la violence, de proposer des actions pour aider les parents en difficulté et lutter contre l’exclusion et enfin de définir un programme d’éducation à la santé et à la sexualité et de prévention des comportements à risques. Le CESC peut faire intervenir toute personne extérieure susceptible de contribuer utilement aux actions d’éducation et de prévention dans les domaines de la santé et de la citoyenneté.

Par ailleurs, la dernière loi pour la refondation de l’école accorde depuis 2013 une place prépondérante à la prévention santé auprès des enfants en définissant précisément les champs d’action de la promotion de la santé à l’école. Parmi ces missions, on relève la mise en place d’un environnement scolaire favorable à la santé et l’élaboration de programmes d’éducation à la santé pour développer les connaissances des élèves.

.

Les champs d’action de l’éducation à la santé en milieu scolaire

 

De la maternelle au lycée, les établissements scolaires mènent des actions de prévention et d’éducation à la santé dans plusieurs domaines :

l’hygiène de vie, l’éducation nutritionnelle et la promotion de l’activité physique et sportive

l’éducation à la sexualité, l’accès à la contraception et la prévention des infections sexuellement transmissibles

la prévention de l’addiction (drogues, tabac, alcool…)

la prévention des jeux dangereux

la lutte contre le harcèlement entre élèves

la prévention du mal-être

la formation aux premiers secours

.

Un partenariat avec l’INPES

 

Depuis 2010, un accord a été formalisé entre la direction générale de l’enseignement scolaire et l’INPES, Institut National pour la Prévention et l’Éducation pour la Santé. L’INPES a donc développé des programmes de formation à l’éducation à la santé et mis en place un certain nombre d’outils destinés tant aux élèves qu’aux personnels de l’Éducation Nationale. Parmi ces outils, on trouve par exemple le Guide Nutrition pour les ados – J’aime manger, j’aime bouger, diffusé dans les collèges mais aussi des coffrets pédagogiques à destination des enseignants et des élèves sur des thématiques comme la lutte contre le tabagisme et les dépendances ou bien encore la prévention de la discrimination et de l’homophobie.

Aujourd’hui, l’éducation à la santé à l’école se fonde non seulement sur la transmission d’informations concernant les risques sanitaires mais aussi et surtout sur la construction et le renforcement des compétences psychosociales nécessaires aux enfants pour faire face à la pression sociale ou au stress. Plus que par la somme des connaissances, c’est par la prise de conscience de soi, le pouvoir décisionnel, la pratique d’une pensée créative et critique, la communication et la gestion des émotions que chacun d’entre nous, dès le plus jeune âge, peut être acteur de sa propre santé.

.


Sources :

http://eduscol.education.fr/cid54929/la-politique-educative-de-sante.html

http://www.education.gouv.fr/bo/2006/45/MENE0602019C.htm

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000018380672&idSectionTA=LEGISCTA000018380674&cidTexte=LEGITEXT000006071191&dateTexte=20081104

http://www.education.gouv.fr/cid72962/publication-de-la-loi-d-orientation-et-de-programmation-pour-la-refondation-de-l-ecole.html

http://www.inpes.sante.fr/10000/themes/sante-ecole/index.asp

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=BD44C33AFF95A4E7B7E366AC93A8C38E.tpdjo14v_1?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000027679853&dateTexte=20141203&categorieLien=id#LEGIARTI000027679853